mercredi 23 novembre 2016

"The Ones" de Daniel Sweren-Becker

Éditions Hugo New Way - Oct 2016
9782755628135

Voilà un roman qui a fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie. Annoncé comme une dystopie originale, The Ones était censé apporter un vent nouveau dans la littérature adolescente. Et vous le savez, Titine aime beaucoup les dystopies adolescentes, elle ne pouvait donc pas passer à côté de celle-ci. Mais il faut avouer qu'avec le temps (et l'accumulation de ce genre de lectures), Titine est devenue plutôt exigeante...


Un petit résumé en passant
Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs... Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allègrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre....



L'avis 1% de Titine

Il faut avouer que la lecture commençait vraiment bien. Ce concept d'inversion des rôles : les "normaux" qui se mettent à harceler et à déclarer les "différents" illégaux alors que ceux-ci ne rêvent que de s'intégrer à la société, avec des motifs plutôt difficiles à avaler. En effet, ces fameux "Ones" ne sont pas si différents de nous, humbles humains conçus de façon tout à fait naturelle. Une toute petite chose a été modifiée dans leur ADN avant leur naissance pour les rendre plus beaux/plus forts/plus sportifs/plus intelligents, ce qui, pour ceux qui en ont l'âge (la première vague n'atteint qu'à peine les 30 ans pour l'instant, les autres sont des adolescents), les entraîne directement vers des postes importants, des positions de pouvoir. Mais, pour des fausses raisons d'égalité et à cause d'une véritable trouille d'être obsolètes, les "normaux" décident de rétablir l'ordre originel et de créer des lois interdisant aux Ones d'accéder à la plupart des événements d'une vie normale (plus de compétitions de sport, ils sont trop forts, plus d'entrée à l'université, ils sont trop intelligents, etc.). L'établissement de cette ségrégation, cette montée de haine et de peur est très bien décrite et mise en place. Elle renvoie directement à certaines choses qui arrivent tout doucement (mais sûrement) dans notre société bien réelle et donne lieu à une réflexion très intéressante. De plus, le reste de l'univers créé par Daniel Sweren-Becker étant si proche du nôtre rend toute la lecture très prenante.

Hélas, c'est passé ce début original, avec une intégration politique très pertinente, et ces idées passionnantes que ça se complique.

Nous restons malgré tout dans une dystopie classique adolescente et c'est vraiment dommage. Les personnages sont très stéréotypés, avec la jeune fille parfaite, le jeune garçon parfait (bon, il est vrai que leur statut de Ones n'aide pas et rend toute la chose vraisemblable mais tout de même...) et un autre garçon tout aussi parfait physiquement mais particulièrement rebelle. Voilà, vous le sentez venir le triangle amoureux ? Bon, pour la défense de l'auteur, il n'est que suggéré mais il est bien là. Et bon sang ! Changez les codes, quoi ! Je veux bien croire que le cœur de l'adolescent(e) est volage mais enfin, ce cliché est vraiment fatigant.

Le reste de l'intrigue est à l'image du reste du roman, assez classique et j'ai eu du mal à comprendre certaines des réactions de l'héroïne, Cody qui, bien que soi-disant parfaite, est parfois très agaçante et répond clairement au stéréotype de la fille badass, type Katniss. On oublie parfois de s'attacher à elle et de s'inquiéter de son sort, ce qui est quand même dommage, pour une héroïne de roman.


3/5

En Bref
Comme dit en introduction, Titine devient difficile avec les dystopies ado. Il faut pourtant avouer que celle-ci, malgré ses nombreux défauts, m'a finalement bien plu (lever les yeux au ciel fait partie du jeu avec ce genre de lecture), principalement grâce à son originalité de départ et grâce à sa résonance avec notre monde actuel. Il peut donner lieu à une très bonne étude dans un collège ou un lycée, si quelqu'un veut proposer des romans plus récents. Ce n'est pas un coup de cœur mais je lirais la suite sans aucun doute, tant je suis curieuse du sort que notre monde pourrait réserver à ceux qui risquent de piquer "la place des autres" à cause d'une bête différence de naissance, dont ils ne sont en rien responsables. Mais j'espère vraiment que l'auteur saura se renouveler !

19 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'espère que tu auras l'occasion de le lire ! Il est pas mal du tout :D

      Supprimer
  2. Ouais donc du coup j'ai bien fait de résister aux chants des sirènes quand je l'ai vu sur la table des nouveautés à la librairie. Ce que tu racontes me confirme bien que ce bouquin n'est pas du tout fait pour moi. Tu viens de me faire économiser quelques piécettes, je t'en remercie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je t'en prie, si Titine peut rendre service, Titine est contente ^^ Cela-dit, il était pas si mauvais, si un jour tu veux quand même le lire, hésite pas, je te le prête ;)

      Supprimer
    2. C'est noté, dès que je passe dans le Grand Nord, je ferai un détour par chez toi pour te prendre le bouquin et caresser les chats. ;-)

      Supprimer
  3. Tout pareil que toi : je deviens difficile avec le YA en général et les dystopies YA en particulier. Du coup, je pense plutôt passer mon tour pour cette fois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en a lu tellement, c'est difficile de ne pas comparer...

      Supprimer
  4. Il faut bien devenir difficile au bout d'un moment ;) ! J'ai de plus en plus de mal avec ce genre, donc je passe pour le moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr ! Mais bon, ça reste un bon moyen de se détendre pour moi, je reste donc à l’affût de ce qu'il sort dans ce genre ;)

      Supprimer
  5. "Une dystopie classique adolescente", oui, c'est normal, ça s'adresse à un public Young Adult... Et je ne suis pas du tout d'accord avec toi, je ne trouve vraiment pas qu'il y a des stéréotypes dans ce roman. Au contraire, il y a plein de nuances et on apprend que rien n'est jamais parfait ! Et puis, désolée mais c'est pas ça que j'appelle un triangle amoureux... Dommage que tu n'aies pas aimé, moi j'ai adoré :) bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, je pense qu'il a incompréhension : j'ai bien aimé ce roman, ce n'est certes pas un coup de cœur mais il m'a fait passer un bon moment. Et je suis sûre qu'on peut faire un tas de romans qui s'adresse à des adolescents tout en sortant du classique, de l'attendu, il suffit de voir la Passe-Miroir par exemple ou Une Braise sous la Cendre (qui ne sont peut-être pas des dystopies mais qui ont le mérite de s'adresser à des adolescents tout en sortant de tout schéma classique). Et puis, pour le triangle amoureux, il n'est que suggéré mais il est bien là pour moi, avec l'homme plus âgé qui fascine l'adolescente au point qu'elle fasse tout pour le convaincre de sa bonne foi, peut-être il aurait mieux valu ne pas insister autant sur le fait qu'elle le trouvait fort à son goût, je ne sais pas... Je suis vraiment désolée que tu penses que je n'ai pas aimé alors que ce n'est pas le cas, j'ai juste été déçu par certaines pistes, comme ça arrive souvent, mais j'ai assez aimé pour attendre une suite, si suite il y a !

      Voilà, encore désolée ! Bises :)

      Supprimer
  6. Je lève bien trop souvent les yeux au ciel quand il s'agit de dystopies adolescentes, j'ai l'impression que c'est toujours la même chose, rien qu'en lisant le résumé je trouve qu'on a déjà tout compris ou presque... Je n'ai lu que Hunger Games et La Sélection et je crois que ça m'a définitivement vaccinée contre ce type de lectures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'il y a toujours de très bonnes choses dans chacune de ces dystopies mais qu'hélas, bien souvent, ils n'arrivent pas à s'émanciper de leurs prédécesseurs ! Cela dit, c'est aussi le cas pour beaucoup d'autres genres littéraires... Jamais voulu me lancer dans la Sélection, il y a qqchose dans ce résumé et dans cette couverture qui me rebute ! Est-ce que ça vaut le coup de s'y mettre quand même ?

      Supprimer
  7. Gros coup de coeur pour moi !
    Tu m'a fait rire ^^ Sur ton argument sur le fait qu'ils sont stéréotypé... Non seulement je suis pas d'accord mais tu admets entre parenthèses que ton argument ne tiens pas 😂😂
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhéhé ouiiii ;) Mais c'est surtout parce que je ne sais pas trop comment dire ce que je veux dire sans spoiler :p

      Supprimer
  8. J'avoue qu'après Divergente je n'ai lu aucune autre dystopie, pourtant ce n'est pas le choix qui manque.. mais The Ones me tente vraiment. Après, le triangle amoureux.. j'en ai horreur.. Mais pour le moment, je n'ai vu que des avis positifs des copinautes, alors je vais tenter ma chance ! :)

    Harlow Queen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu as raison ! C'est une très chouette lecture ! Et le triangle amoureux n'est pas aussi présent que dans d'autres dystopies, ça devrait le faire :D

      Supprimer
  9. Jamais entendu parler de ce roman. C'est marrant, je me retrouve bien dans ta critique : les intrigues ado surfent souvent sur les mêmes clichés : beauté, passé mystérieux, triangle amoureux, rébellion, le Bien contre le Mal. Mais c'est toujours avec plaisir qu'on retourne vers se genre de roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah voilà ! Tu as tout à fait compris ce que j'ai essayé (maladroitement) de dire ! Il y a des clichés mais finalement, je le sais en allant le lire et ça me plait quand même :D

      Supprimer

Un petit mot pour le Broco ?