vendredi 30 septembre 2016

"Les Mots entre mes Mains" de Guinevere Glasfurd


Je ne suis pas sûre de vous avoir assez répété à quel point j'adore ma liseuse. Déjà, parce que tout plein de trucs que je vous expliquerai plus tard, lors de mon prochain article Test (en préparation, l’exercice n'est pas facile étant donné que je ne l'ai jamais pratiqué) mais aussi parce qu'elle m'a permis de tenter de nouvelles expériences, et en particulier, celle de NetGalley. Si je n'ai pas encore assez de recul pour véritablement vous dire ce que je pense du concept, je suis déjà ravie d'avoir eu l'occasion de lire Les Mots entre mes mains qui me tentait mais pas assez pour que je me jette dessus en librairie. Et quelle bêtise ça aurait été de passer à côté !


Le résumé de l'éditeur en avant-première pour vous (ou pas)
Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ? En dévoilant cette relation amoureuse avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse, en avance sur son temps, et révèle une autre facette du célèbre philosophe français. Un roman de passion et de liberté qui nous plonge dans une fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or », à la manière de La Jeune Fille à la perle.


La chronique de Broco/Titine
Si je voulais vous raconter ma vie, je vous dirais que l'histoire était l'une de mes matières préférées à l'école (avec la littérature, sans surprise) mais j'ai toujours eu du mal à lire des essais, des biographies très documentées. Par contre, un récit historique, romancé et trouvant sa source dans des faits réels, là, je dis un grand oui ! Et si on me propose un personnage célèbre et une femme forte et/ou hors de son temps, je ne réponds plus de moi. Le pitch me vendait donc du rêve, même si Descartes n'avait rien d'un sex-symbol dans mon imaginaire marqué par le coef 8 de la philosophie lycéenne. Mais ici, la véritable héroïne, c'est Helena et, mon dieu, quel personnage ! Femme forte s'il en est, jeune fille de basse extraction qui veut s’élever au-dessus de sa simple condition de servante et qui évolue à une vitesse hallucinante. D'abord naïve et effrayée, elle va vite s'affranchir discrètement et commencer à apprendre à écrire dans son coin, vexée de se sentir la seule à ne pas maîtriser la chose chez son patron libraire et l'on passe du personnage assez "classique" de la servante à la jeune femme passionnée et passionnante qui va réussir à séduire Descartes (sans même vraiment essayer d'ailleurs). Quant à Descartes, j'ai eu bien du mal à faire correspondre l'image poussiéreuse et permanentée de mes bouquins scolaires à ce personnage lumineux, charismatique, exalté et bouillant d'ambition. Je ne peux pas résister à la tentation de vous montrer ce magnifique portrait, qui correspondait bien à mon souvenir du bonhomme.

Portrait de Descartes par Frans Hals
Ce roman est donc l'histoire de leur amour, souvent contrarié par les préjugés et les obstacles d'une époque et d'une société très religieuse et très "castée" où peu de place est laissé à l'aléatoire et aux sentiments. L'auteure nous présente la vie à Amsterdam tel que nous avons déjà pu l'apercevoir dans La Jeune Fille à la Perle (l'un de mes romans ET films préférés) ou encore dans le Miniaturiste (auquel je n'ai pas accroché, malheureusement) et nous montre, à travers le personnage d'Helena, que la condition féminine était encore bien peu reluisante, et celle des mères célibataires encore plus ! Côté historique, en plus de vous décrire une société, Guinevere Glasfurd nous dresse en filigrane une époque charnière, où de multiples découvertes scientifiques trouvent leur source, avec notamment, le système de pensées de Descartes mais aussi les écrits de Galilée (dont nous suivons le destin malheureux à travers les échos que reçoit notre ami René) et ses démêlés avec la religion.

C'est dans ce monde en pleine mutation que l'histoire d'amour entre Helena et Descartes va naître, l'un et l'autre fascinés par la différence de l'autre, Helena pour l'homme de sciences, Descartes pour la femme curieuse qui refuse sa simple condition de femme de ménage. Hélas, tout n'est pas toujours rose, surtout quand une religion austère s'en mêle et le couple (principalement Helena) va devoir essuyer bien des déconvenues. A la fin du roman, l'auteure nous spécifie qu'Helena a bien existé et que Descartes lui a bien donné plus d'attention qu'il ne l'était nécessaire pour une servante, ce qui éclaire le récit d'une toute autre manière et rend même la chose encore plus belle mais surtout plus triste. Les Mots entre mes Mains est un magnifique roman, vibrant et intelligent, que j'ai lu presque d'une traite (malgré un léger ennui dans les premiers chapitres, ne voyant pas trop où allait nous emmener l'histoire) et je l'ai terminé avec une petite larmichette au coin de l’œil droit (beaucoup plus sensible que le gauche, le coquin).

4,5/5

En Bref
Une surprise et un réel coup de cœur pour ce roman historique qui a su m'embarquer le temps de quelques heures vers un pays que je connais peu et dans la vie de personnages historiques que je soupçonnais être nés figés dans la naphtaline (c'est le côté scientifique, j'ai toujours l'impression qu'ils sont nés vieux et sans aucune sensualité, ces gens-là)(je rigole évidemment, Brainy is the new sexy). Je ne peux que vous le conseiller si vous souhaitez lire une belle histoire d'amour où l'intelligence prend le pas sur tout le reste. 

21 commentaires:

  1. " Brainy is the new sexy" => toujours en parlant de personnages vieux et poussiéreux c'est ça ? XD Blague à part, il me parle bien celui-ci. Mon intérêt pour les génies poussiéreux sans doute. XD XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est tout à fait ça, tout le monde ne peut pas être Benedict/Sherlock MAIS ça marche quand même xD
      Blague de nouveau à part, je pense qu'il a de quoi te plaire effectivement, génie poussiéreux ou pas xD

      Supprimer
  2. Il est dans ma liste d'envie celui ci. Tu me donnes envies très envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment une très belle histoire, un peu triste parfois mais un beau coup de coeur au final :)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Je te le souhaite ! C'est vraiment une très belle histoire !

      Supprimer
  4. Il me tente vraiment beaucoup :) Va falloir que j'y succombe <3
    Merci pour cette jolie chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire ! Il va effectivement falloir que tu succombes ;) Il est vraiment chouette !

      Supprimer
  5. Ce titre est dans ma PAL, je vais me faire une joie de le lire bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite une très belle lecture alors, c'est un livre que j'ai vraiment beaucoup aimé :)

      Supprimer
  6. Je veux pas chipoter, mais je suis quasiment sûre d'avoir laissé un commentaire sur cette chronique. Je crie à la censure !!! (ou alors j'accuse ma tête en l'air qui aurait oublié de cliquer sur "publier". Va savoir !)
    Bref, je suis vraiment contente qu'il t'ait plus (j'ai des problèmes dans ma tête, mais quand j'ai adoré un bouquin, s'il y a des gens que je connais un peu et qui ne l'aiment pas, je suis malheureuse comme les pierres) (d'où vient cette expression improbable ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Damned ! Promis, je ne censure personne ! Ou alors, à l'insu de mon plein gré ! Mais il me semble qu'on a déjà parlé de ce bouquin sur un C'est Lundi ou autres, peut-être que c'est ça ?
      Bref ! J'ai le même truc que toi avec les bouquins que j'aime et les gens que je connais ^^ et quand ils ont détesté, j'ai cette espèce de culpabilité, comme si c'était de ma faute, ce qui n'est pas très agréable, on est d'accord !

      Et pour l'instant culture "être malheureux comme les pierres" ne fait pas partie de mon dico des expressions (c'est toujours celles qu'on cherche qui n'y sont pas de toute façon) et internet me dit juste que ça doit pas être très agréable d'être une pierre, imaginez, tout le monde vous piétine et vous ne pouvez pas aller au ciné...

      Supprimer
  7. Ah NetGalley. Je me suis inscrite, j'ai fait des demandes aux éditeurs, j'ai reçu des réponses positives, on m'a envoyé les epub et là BIM ma liseuse (très certainement de marque lettonne) n'est pas compatible. Voilà merci messieurs dames.
    Bon ça ne va pas m'empêcher de noter ce titre. Déjà, tu viens de m'apprendre que Descartes était comment dire sans vulgarité... baisable ? Et puis, j'aime énormément l'histoire, tout comme toi, et j'ai eu une passion pour le récit historique pendant un temps. D'ailleurs je crois que j'ai du dévorer toutes les biographies excellentes de Stefan Zweig.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou, ça ! La vilaine fait de la résistance ? Normalement, de l'epub, c'est de l'epub. Baisable, baisable, c'est pas non plus Christian Grey, hein, comme soit bien d'accord mais disons que j'ai eu un mal fou à rapprocher le personnage du Descartes que je connais (celui avec qui je bois le café, tu vois).

      Supprimer
    2. Bah c'est ce que je m'étais dit en m'inscrivant mais j'ai tellement une marque peu connue qu'apparement les fichiers epub des maisons ne reconnaissent pas le système d'exploitation de ma liseuse. Fichtre !

      Supprimer
    3. C'est quand ton anniv ? On va se cotiser pour que tu ais une liseuse qui existe pour de vrai, non mais ! ;p

      Supprimer
  8. J'ai vu une chronique positive avant la tienne mais je dois dire que même si j'aime beaucoup l'Histoire, j'ai un peu peur vu que je n'ai pas accrochée à La jeune fille à la perle que j'ai dû lire l'année passée pour le lycée.
    Du coup, je ne sais pas trop si ce livre me plairait :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, c'est vrai qu'il m'a vraiment fait penser à La jeune fille à la perle alors si tu n'as pas aimé, j'ai peur que tu passes aussi à côté de celui-ci :/ Je n'ose pas insister du coup mais c'était vraiment un coup de coeur pour moi !

      Supprimer
  9. Je le veux je le veux je le veux !!!!!!!!!!!!!! Je veux vraiment réduire mes achats mais il y a toujours des tentations encore et encore, c'est à s'arracher les cheveux !! Mais celui-ci il m'a fait de l’œil dès sa sortie. J'ai adoré "La jeune fille à la perle" et j'aime tellement les romans historiques et romanesques ... :)
    Mis à part ça, je traîne un peu la patte mais je refais surface tout doucement, j'ai même eu l'idée saugrenue de refaire un blog tssss enfin ça m'a fait plaisir de repasser par chez toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha mais moi, je suis ravie si tu refais un blog !! Joie !

      Sinon, pour ce livre-là, je ne peux pas vraiment te déconseiller de le prendre vu que je l'ai ADORE !!! ;)

      Supprimer
    2. Ah mais tu m'aides pas du tout là ;)) En même temps, je suis faible je sais que je finirais par craquer et que je n'arriverai jamais à me limiter pour ce qui est des livres :P

      Et pour le blog, il sera certainement moins régulier et moins complet, le temps me manque cruellement mais il est là ! J'ai juste lâché Blogger pour Wordpress ;)

      Supprimer

Vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !