lundi 22 février 2016

"Des Petites Filles Modèles..." de Romain Slocombe



Merci à Babelio et aux Editions Belfond !

J'ai un problème avec les Masses Critiques de Babelio. Ou alors, appelons ça plutôt une sorte de poisse engendrée par ma maladie chronique du "je clique sur tout ce qui bouge". Pour faire court, j'essaye toujours de me limiter à un ou deux ouvrages que je veux vraiment, c'est-à-dire que j’achèterai sans hésiter si je n'étais pas sélectionnée, MAIS je décide toujours, au dernier moment, de choisir d'autres bouquins juste sur la base de "oh mais ça peut sympa ce machin-là". Et, je vous le donne en mille, c'est toujours celui que je reçois. Rien de bien grave, j'en conviens mais mon instinct littéraire me trompe plutôt rarement et ce sont donc souvent des ouvrages qui ne me font pas vraiment envie et qui, au final, ne me plaisent pas. Et ce fut hélas le cas pour ce pauvre petit livre, fort joli au demeurant.

Une fois n'est pas coutume, je vous colle tel quel le résumé proposé par l'éditeur en quatrième de couv pour que vous compreniez bien ce qu'on nous vend.
En 1858, la Comtesse de Ségur présente Les Petites Filles modèles comme la suite des Malheurs de Sophie, et ces deux livres figurent depuis lors au cœur du répertoire classique de la littérature française pour la jeunesse. Portraits d'enfants bien nés saisis au moment où ils s'interrogent sur le bien et le mal, tableaux d'un milieu social où ne cesse de se poser la question des normes et des limites, les petites filles doivent y être " modèles " en vertu d'un idéal de comportement. Mais l'atteindre n'est pas si simple ! Et l'on a amplement pointé, au-delà des récits en apparence innocents et inoffensifs de la Comtesse de Ségur, les bourgeons de l'ambiguïté. Dans son remake, Romain Slocombe les fait éclore : ses petites filles modèles deviennent les héroïnes d'un conte inquiétant et pervers, érotique et vampirique. Comme si la comtesse de Ségur avait retiré la sourdine pour écrire un roman destiné à des enfants plus âgés, laissant libre cours à la progression de la cruauté. Comme si elle avait quelquefois rêvé d'être Sade, non plus Comtesse mais Marquise...
La collection Remake de Belfond a pour vocation de reprendre des œuvres bien implantées dans l'imaginaire et la culture collective pour les retravailler sous le regard d'un ou plusieurs auteurs (j'ai lu les Contes de Perrault, plusieurs nouvelles de différents auteurs dans cette même collection et c'était brillant !) et ici, Romain Slocombe s'attaque à un autre genre de monument : La Comtesse de Ségur. Il faut savoir que j'entretiens avec la dame une relation assez ambivalente (comme ma mère avant moi d'ailleurs), je me souviens avoir adoré, étant enfant, les péripéties et les malheurs de cette pauvre Sophie qui avait l'air de s'emmerder fortement et qui n'avait de cesse de faire le plus de bêtises réalisables en une vie pour passer le temps (il n'est pas impossible que je me sois identifiée pas mal...). Puis, en grandissant et au fil de mes relectures, j'ai commencé à noter et à comprendre de plus en plus de choses comme ce discours religieux et moralisateur dominant ou les horreurs commises par les enfants sur les animaux (il y a quand même un épisode où, Sophie s'emmerdant encore plus que d'habitude, décide de couper son poisson rouge en petits morceaux, sans doute pour préparer une sole meunière, je ne sais plus)(grand trauma). J'ai donc commencé à détester cordialement ces petites filles prétendument modèles qui me présentaient un idéal à suivre totalement à côté de la plaque (j'ai pleuré quand mon poisson rouge est mort, moi !). C'est pourquoi j'étais plus que ravie de découvrir tout de même ce petit roman où ces demoiselles allaient enfin en prendre pour leur grade (parce qu'une fessée de temps en temps, lorsqu'on mérite presque l'asile, ça me parait léger). 

Mais quelle déception ! Si l'auteur suit parfaitement le schéma mis en place par la Comtesse (je visualise Lady Gaga maintenant, merci American Horror Story), l'histoire prend rapidement un aspect inquiétant, plus proche du roman gothique classique que du roman initiatique au sadisme à peine caché qu'est l'oeuvre originale. Et notre réécriture tourne alors bien vite au grand guignol où l'érotisme lesbien se mêle au vampirisme sans que le côté sulfureux promis en quatrième de couverture (lorsqu'on se compare à Sade, il faut mettre le paquet !) soit remplacé par de nombreuses allusions sensuelles et sexuelles que l'on retrouve régulièrement dans les nouveaux romans érotiques (tout le monde rougit, s'embrase et a la culotte qui chatouille dès que les regards se croisent, c'est compréhensible au début mais devient bien vite risible) et par, finalement, de biens chastes caresses au cours d'une bucolique promenade. Selon moi et selon les souvenirs que j'ai de l'oeuvre originale, la cruauté et le sadisme y étaient beaucoup plus présents, quoique plus sournois que dans ce "remake" qui se veut pourtant violent et dérangeant. C'est vraiment dommage. 

Toutefois, sans être franchement une réussite, ce roman a eu le mérite de bien me faire rire. Nous suivons l'intrigue à travers les yeux de Marguerite, que l'on peut aisément surnommé "Mademoiselle Cruche de service" (sans doute la faute à son éducation, pauvre mémère) et il n'est pas peu dire que la demoiselle n'est pas douée et a un côté "religieux", fanatique tellement poussé qu'elle en est irrémédiablement ridicule. L'écriture et le style sont plutôt agréables à lire, on y retrouve ce qui est devenu la signature de La Comtesse de Ségur, les dialogues précédés du nom du personnage et les tournures de phrases très ampoulées. Le roman est plein d'érudition, comme si on avait cherché à nous montrer les multiples connaissances à avoir autour du roman gothique et/ou érotique, c'est savant mais au bout de la troisième liste, ça devient rébarbatif et j'ai sauté allègrement quelques passages (si je veux lire une bibliographie, je n'ouvre pas un roman...).

2/5
Broco est perplexe et
Broco a pas compris...


Pour finir, parce que je me rends bien compte que j'ai été beaucoup trop bavarde, c'est un roman qui se lit facilement et rapidement mais qui n'apporte pas grand-chose à l'oeuvre originale (d'ailleurs, je pense qu'il vaut mieux la connaître plutôt bien pour comprendre les enjeux de ce texte), l'auteur aurait pu aller beaucoup plus loin dans la perversité des demoiselles et dames qui peuplent l'univers de Ségur, cela reste ici trop superficiel et finalement, mou et long. 


Bonus !




J'ai trouvé cette petite bd de 1982 librement inspirée du même roman, à grande vocation érotique (éloignez-vous si vous n'êtes pas majeur !) durant mes recherches pour cet article et ça m'a bien fait rire, je me devais de vous la partager. Voilà donc l'oeuvre de Georges Levis aux éditions Dominique Leroy (j'ai l'impression que ces messieurs sont pas mal émoustillés par ce genre d'histoire...). Vous pouvez retrouver plus de détails sur le site de BDGest.



Nous sommes loin de Martine qui montre sa culotte en faisant de la balançoire, non ? Et admirez les petits regards pervers des deux demoiselles en deuxième plan, ça fait franchement froid dans le dos ! 




Les histoires de fessées prennent aussi une toute autre dimension. L'innocente que je suis n'avait aucune idée de tout le matériel érotique et pornographique qui s'était créé autour des Petites Filles Modèles, la pieuse Comtesse de Ségur doit se retourner dans sa tombe, la pauvre... (ou alors, elle se marre bien la coquine !)(pardon).


35 commentaires:

  1. C'est toujours difficile de se restreindre à quelques livres dans les masse critique. En général j'en sélectionne une douzaine.
    Je ne suis pas sûre d'adhérer aux réécritures en général...
    Et puis je préfère restee sur l'image du dessin animé "Les malheurs de Sophie" qui passaient sur france 3 quand j'étais enfant et que j'adorais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si c'est quelque chose que tu aimais, vaut mieux passer à côté ! Tes souvenirs d'enfance risquent d'être maltraités ! :)

      Supprimer
  2. Rien qu'en lisant ton article on commence à ne plus voir les choses de la même manière, par contre le coup du poisson je ne l'avais même pas remarqué. En règle général il faut dire que cette chère comtesse aimait la violence plusieurs personnages de ses romans se sont pris des dérouillées surtout Sophie elle a morflé avec sa belle Doche. Je suis d'accord pour le côté moralisateur ça me fait penser à la petite maison dans la prairie aussi :)) bon je divague et je parle de la première version mais c'est sûr que je ne lirai pas celle dont tu parles même si moi aussi j'avais cliqué pour l'avoir au final je ne l'ai pas eu et c'est tant mieux :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça m'a marqué quand j'étais petite et je l'ai relu il y a quelques temps pour les études et c'était encore pire... Et oui, les châtiments corporels c'était quelque chose à l'époque !! Le côté moralisateur est beaucoup plus prononcé que dans La Petite Maison, je trouve mais j'ai peut-être un souvenir un peu bancal, j'adorais ça, je voulais me construire une cabane dans les champs :p

      Supprimer
  3. Je vais passer mon chemin pour celui-ci.. Et je suis tout à fait d'accord, quand on ose se comparer à Sade, faut vraiment mettre le paquet pour espérer lui arriver à la cheville (au moins)
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, je ne suis pas franchement difficile, si le livre s'était contenté de lui arriver à l'ongle du petit orteil, ça aurait déjà été bien :p

      Supprimer
  4. Mais c'est violent ces petites filles modèles dis donc :O

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est ce pas ? Ça m'a fait tout drôle aussi -_-

      Supprimer
  5. Ahah Lady Gaga ! ;)
    (oui bon après moi j'ai pas lu le bouquin, c'est Mr K qui l'a fait ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé elle a bien marqué les esprits avec son rôle dans American Horror Story :p

      Supprimer
  6. J'adorais ces livres étant petite (je ne les ait pas relus récemment), mais celui-ci ne me donne pas trop envie... Décidément tu est malchanceuse avec Babelio !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en gardes un bon souvenir, je ne te conseille pas de les relire maintenant, je l'ai fait et ça fait vraiment bizarre ! Oui, j'ai un peu la poisse, je crois :p Mais ça permet de découvrir d'autres choses, c'est sympa aussi !

      Supprimer
  7. ahah je fais pareil pour Massecritique, je choisis un peu " trop" de livres , et après j'ai peur lol mais j 'ai eu plus de chance que toi, en général je reçois des livres qui me plaisent beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouai, c'est con, surtout que je ne suis pas franchement difficile d'habitude ! C'est pas grave, la prochaine sera mieux :p Même si je vais laisser passer un peu de temps histoire de faire descendre ma pal, avant de me lancer dans d'autres lectures "obligatoires" !

      Supprimer
    2. moi je fais pareil, j'ai bientôt 30 livres dans ma PAL ça commence à faire trop :/

      Supprimer
    3. Ça vaaaaaa ! Je dois être à 120 environ... Oui, je sais c'est une catastrophe...

      Supprimer
  8. J'adore Slocombe donc je tenterai quand même ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je lirai ton avis avec plaisir ! J'espère que ça va te plaire, je ne connaissais pas du tout l'auteur avant de lire celui-là :)

      Supprimer
  9. Bon... Maintenant que tu me connais, je suppose que tu te doute que je ne l'acheterais pas et que je ne l'aurais pas pris sur Babelio :p Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Je passe mon tour ! Ça fait du bien de lire des chroniques négatives car du coup ma wishlist ne change pas et mon porte-monnaie est content :)

    RépondreSupprimer
  11. Ton article m'a bien fait rire ^^
    Bon, du coup, je ne me laisserai pas tenter par ces Petites filles modèles en remake... Je me suis inscrite plusieurs fois à des masses critiques, j'ai jamais été sélectionnée jusqu'à maintenant :(
    Sinon : SOS j'ai effacé par erreur ton commentaire sur "Je m'appelle Blue" sans avoir eu le temps de le lire vraiment :'( Tu pourrais me le remettre ?? (c'est drôle j'ai une impression de déjà vu)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, je me suis plus amusée à écrire l'article qu'à lire le roman et pour ça, je suis contente quand même :p
      Les Masses Critiques, c'est assez aléatoire je trouve, j'ai participé pendant des années sans jamais être sélectionnée et les 3 dernières, j'ai été choisi à chaque fois... C'est un peu bizarre ! :)
      Héhé, on fait une belle équipe toutes les deux ! Je vais essayer de me souvenir de ce que j'avais écrit !

      Supprimer
  12. Je crois que même petite, j'étais à la fois terrifiée par certains des bêtises des Sophie (même trauma que toi pour le poisson rouge) et agacée par le discours moralisateur. Du coup, je ne suis pas sûre que cette réécriture lettre fasse pour moi non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu me rassures, j'avais l'impression qu'il n'y avait que moi qui s'en souvenais, des poissons de Sophie... A mon avis, tu peux laisser passer sans problème :)

      Supprimer
  13. J'ai fini ce livre tout à l'heure, je suis comme toi perplexe et je n'ai pas compris ce que cherchait l'auteur! Une déception aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était drôlement bizarre, hein ? Je suis déçue pour toi mais rassurée de ne pas être seule dans ce cas-là ! :) Merci pour ton passage et ton commentaire ici !

      Supprimer
    2. oui et puis pour moi malgré les nombreuses références à d'autres auteurs, il passe à côté de l'essentiel de Segur avec la volonté de dépasser la maltraitance...

      Supprimer
  14. Ton article m'a bien fait rire merci !! J'ai honte de l'avouer mais je n'ai jamais lu "Les petites filles modèles" moi c'était plus "Les quatre filles du Dr March" quand j'étais petite ! Donc il me sera difficile de lire celui-ci ! Il est vrai que la 4è de couv était alléchante mais grosse déception au final c'est dommage ... C'est aussi une des raisons pour lesquelles je suis très frileuse quant aux partenariats, je me mets assez de pression toute seule avec mes propres livres à moi que je me suis achetée toute seule comme une grande ;-)) Mais je l'avoue que les masses critiques Babelio ou sur Livraddict reviennent souvent donc un jour peut être qui sait hein ! Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ça me fait plaisir ;) J'adorais les 4 Filles du Docteur March ! Même s'il y avait aussi une bonne dose de morale, elle était mieux amenée, je trouve ! C'est vrai que je me mets aussi beaucoup de pression avec mes propres bouquins et que me forcer à lire un certain titre dans un temps imparti est, finalement, le meilleur moyen pour que je passe un mauvais moment (vu déjà comment je freine des 4 fers pour l'ouvrir parce que je veux lire un autre à la place), j'ai mis du temps à le comprendre mais je crois que je vais vraiment me limiter pour les partenariats ! Après, ça a aussi des bons côtés, il faut juste que je me "force" à ne choisir que les livres que je suis sûre de vouloir m'acheter si je ne les gagne pas :)

      Supprimer
  15. Si je comprends bien la BD que tu cites n'est pas à offrir à ma petite cousine de 12 ans, hein ? Nan pour être pour être sûre de ne pas créer un gros malaise au prochain Noël.
    Bizarrement, je n'ai aucun souvenir des Petites filles modèles, contrairement à ses autres romans Pauvre Blaise, Les deux nigauds et bien sûr Les malheurs de Sophie. Et encore plus bizarrement, tu m'as donné envie de lire le Slocombe. Ou alors c'est mon petit côté sadique pervers qui parle à ma place.
    En tout cas, sympa les illustrations ! Faut avouer que ces messieurs sont les mêmes qui fantasment sur la petite tenue écolière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, t'as bien compris l'idée mais après chacun fait comme il veut, ça peut être une éducation à la sexualité un peu particulière :p

      Après, il est rapide à lire et assez facile (le roman pas la bd)(ça doit être mon petit côté pervers sadique qui a voulu le lire, je me fais peur parfois ^^) Perso, je me souviens surtout des Petites Filles Modèles et des Malheurs de Sophie, pas des autres :)

      Supprimer
    2. Bah Pauvre Blaise c'est du sado masochisme sans le sex. Du coup c'est chiant.

      Supprimer
    3. Ah ben oui, le pauvre, je comprends bien, la frustration, tout ça :p

      Supprimer

Vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !