samedi 14 novembre 2015

Gueule de Bois du lendemain


Il y a un peu plus d'une semaine, à l'occasion de la rencontre avec Ingrid Desjours à Babelio (et donc à deux pas des événements d'hier), nous reparlions du 7 janvier et surtout de ses conséquences, celles qui ont engendrées la rédaction des Fauves. Étonnement, l'attentat contre Charlie Hebdo me paraissait déjà loin, c'était comme se souvenir d'un très mauvais rêve heureusement terminé. Et voilà que ça recommence. Que la violence gravit encore un échelon, que la peur revient au galop s'installer dans mon ventre si réactif à l'émotion.

Hier, nous regardions Last Action Hero quand ma mère me dit par sms de ne pas m'inquiéter, que ma sœur va bien. Et c'est le début d'un engrenage qui fait que je me retrouve là, à vous écrire, sans aucun début d'idée de ce que je peux bien vous raconter. J'ai la gueule de bois, une vraie, une bien crasse qui colle aux dents, je suis furieuse et triste, et même si ma raison me dit que ce n'est pas la solution, je pourrai tuer (où sont Chuck Norris et Schwarzenegger quand on a besoin d'eux ?).

Je ne sais pas si cet article a sa place ici et s'il y restera mais franchement, je m'en fous, j'avais juste l'envie d'écrire quelques broutilles qui ne feront du bien qu'à moi sans doute, qui ne soulagera que ma petite et égoïste peine, celle de quelqu'un qui n'a finalement rien perdu, qui n'a vu les événements que de loin, à la télévision et sur Twitter, qui a tremblé pour de la famille, des amis et des connaissances qui sont, heureusement, sains et saufs.

Mais je voulais absolument faire quelque chose, sans que je ne m'explique pourquoi.

Peut-être pour que ça reste. Pour ne jamais oublier. Juste pour exorciser.

J'ai envie de faire des bisous et des câlins à tout le monde, même si ça ne sert probablement à rien.

J'ai envie de me battre même si je ne sais rien faire de mes dix doigts (sauf la crème chantilly).

Nous sommes plus forts qu'eux, c'est juste qu'on ne le savait pas encore.

Paris et la France en général a connu beaucoup d'attaques et de désastres au cours des siècles, mais nous avons beau être râleurs, mesquins, faignants, lâches ou que sais-je encore, choisissez parmi tous les clichés sur les Français, nous sommes tous encore là car nous sommes résistants, nous sommes aussi bagarreurs, l'irréductible village gaulois ne venant pas de nulle part (même si je condamne la pathétique récupération d'Astérix par le FN, et celle de Jeanne d'Arc aussi d'ailleurs)

Pensées pour les victimes, ceux dont on connait le visage et les autres.

Pensées pour ceux qui ont survécu.

N'oublions pas contre qui on se bat et surtout, ne mélangez pas tout.

Par pitié.


20 commentaires:

  1. Effroyable, pitoyable, horrifiant, monstrueux, inhumain et surtout triste...
    La France dérange les terroristes parce qu'elle est belle, et cultivée
    Parce que nous Français avons des valeurs qu'eux n'auront jamais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont justement ces valeurs qu'ils veulent détruire, c'est pour ça qu'il ne faut (presque) rien changer à nos habitudes

      Supprimer
  2. Faire des bisous et des câlins n'est jamais inutile ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ecrire est déjà un acte de résistance. ;)
    #StandForParis.

    RépondreSupprimer
  4. Face à de telles horreurs, les câlins et les bisous servent à quelque chose : à rester soudés ! Alors continue à en faire même si certaines personnes te diront que cela ne sert à rien et que ce n'est pas avec de l'amour qu'on vaincra les terroristes (j'ai eu le droit à cette critique et ce qui était le plus aberrant, c'est que la personne parlait de l'islamisme au lieu d'utiliser le mot "terrorisme".. La haine fait tout mélanger :s)

    Free hugs !
    Des bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelqu'un a osé te dire ça ?? C'est vraiment n'importe quoi...
      Bien sûr que ça sert à quelque chose, c'est sans doute la tristesse qui m'a fait dire ça mais c'est une bêtise, c'est tout sauf inutile...

      Des bisous aussi !

      Supprimer
  5. Oui, c'est l'horreur, c'est inimaginable ce qu'on est en train de vivre... Je suis sous le choc. Et comme tu dis, surtout, surtout, ne mélangeons pas tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait sombrer dans la facilité et dans le même schéma qu'eux...

      Supprimer
  6. Merci pour le "ne mélangeons pas tout", c'est vraiment le message qu'il faiut à tout prix diffuser en ce moment, certains - surtout les membres du fn - profitant trop facilement de ce type d'horreurs pour faire des amalagames hasardeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait et ça me fout doublement la rage, ce genre de récupération, cette façon de profiter de la peur et de la tristesse des gens.

      Supprimer
  7. Merci pour ce bel article.
    Mais je pleure encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien mais ce n'est pas vraiment la peine de me remercier, je n'ai rien fait de spécial, j'avais juste envie de mettre des mots sur mon ressenti.

      C'est tout à fait normal de pleurer encore, et ça le sera toujours, c'est ce qui fait de nous des êtres vivants.

      Supprimer
  8. Je suis d'accord, Charlie hebdo me paraissait aussi loin et tout à coup, ça recommence, en bien pire... Tristesse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même assez effrayant, la facilité qu'a l'être humain à "oublier", ça me rend encore plus triste...

      Supprimer
  9. Très bel article! Il a toute sa place ici, c'est la liberté d'expression, la démocratie, ce qu'entre autres ces animaux dénués de toute humanité nous envie. J'ai encore du mal à croire que ce soit arrivé et pourtant je me dis que de pareils horreurs se déroulent dans le monde tous les jours mais que ça ne nous touche tellement plus à force qu'on se croyait presque immunisés.. Eh bien non. C'est juste horrible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup.

      C'est très dur de se dire, qu'effectivement, il y a des endroits où c'est comme ça tous les jours, toutes les semaines, tout le temps...

      Horrible, c'est le mot...

      Supprimer
  10. Valentine, j'ai terminé de lire Les Fauves ce weekend-même avec la soif au ventre. J'ai ressenti une énorme colère vendredi soir et puis le vide.
    Rien n'est pire que le fanatisme religieux et la cupidité. Quelle grosse erreur d'attaquer la France ! Nous qui ne pouvons nous empêcher de croire que les règles sont faites pour être transgressées. Comment peut-on imaginer une seule seconde que l'on puisse réduire des Français au silence ?!
    Quand on voit que le gouvernement ne peux même pas toucher aux routes Bretonnes sans que les bonnets rouges y mettent le feu... Alors des barbus qui veulent priver les français de leurs libertés ?! Faut pas prendre ses rêves pour des réalités !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire qui m'a, malgré tout ça, fait sourire ! C'est vrai, on passe notre temps à râler, à grogner, à se rebeller, à rouspéter, à se mettre en grève, à ronchonner, à rire de l'autorité, ce serait quand même la meilleure qu'on vient nous imposer une loi barbare et hyper restrictive alors qu'on arrive déjà très peu à respecter les nôtres ^^

      Tu as aimé les Fauves ? C'est vraiment une lecture d'actualité malheureusement, encore plus qu'un thriller, j'y repense autrement maintenant...

      Supprimer

Un petit mot pour le Broco ?