jeudi 3 septembre 2015

"Dîtes aux loups que je suis chez moi" de Carol Rifka Brunt




Buchel°Chastel - 2015
9782283026694

Je vous le dis d'entrée, ce bouquin est un immense coup de cœur et je regrette d'avoir mis tant de temps à le lire et de l'avoir fini si vite.

Si j'ai acheté ce livre au départ, c'est grâce notre ami libraire (sur)médiatisé, Gérard Collard. Je ne sais jamais trop quoi penser de ce monsieur, il bafouille, il s'énerve, il ne finit jamais ses phrases, ce qui est particulièrement frustrant étant donné qu'il dit des choses intéressantes MAIS il est l'un des rares à présenter à la télévision des livres assez grand public et donc à s'adresser à tout le monde (je n'ai rien contre la Grande Libraire mais franchement, faire de la lèche à toute la scène littéraire française, y a un moment où ça devient lourdingue). Malgré tout, je n'aime pas toujours ce qu'il présente, vous savez ce qu'on dit sur les goûts et les couleurs... Bref, sa présentation me tentait bien pour celui-ci (la voir sur YouTube ici) et il faut avouer que je ne me serai jamais arrêtée dessus de moi-même.

En 1986, June a 13 ans et son oncle Finn, son parrain et confident, vient de mourir d'une maladie encore méconnue, le Sida, la laissant seule avec une soeur, Greta, qui la méprise cordialement, avec des parents bien trop pris par leur travail et un tableau représentant les deux jeunes filles réalisé par Finn en guise de testament. Lors de l'enterrement de Finn, June et Greta repèrent un jeune homme que leur mère évite et leur présente comme le meurtrier de son jeune frère. June comprend alors, dans ce discours tout en demi-mot et semi-vérité, qu'il s'agit de Toby, "l'ami particulier", le petit ami de Finn. Quand Toby, dévasté par le chagrin, tente de rentrer en contact avec June, la jeune fille est traversé par quantité de sentiment contraire : doit-elle le rencontrer ? est-il dangereux ? pourquoi Finn ne lui a jamais parlé de lui ? Toby, quant à lui, essaye par tous les moyens d'apprivoiser la jeune adolescente.

Dîtes aux loups que je suis chez moi est un récit sur les relations, sur les personnes. Le personnage principale, June, est profondément attachant (avec un petit côté énervant, bien sûr, c'est une ado !), elle est fantasque, a une vie intérieure très riche, elle est peu ouverte aux autres mais aime d'un amour quasi inconditionnellement ceux qu'elle choisit. Elle fait parfois preuve de beaucoup de faiblesse (on en vient  vouloir la secouer, pour qu'elle se défende contre sa soeur par exemple) mais aussi de force, elle se bat pour Finn et les préjugés dûs au Sida, elle va à l'encontre de ses propres sentiments de rejet pour aider quelqu'un dans le besoin. Toby est aussi bouleversant, dans une autre mesure, c'est un jeune garçon qui est sans cesse banni, rejetté, méprisé, et il semble encaisser les chocs de la vie sans vouloir riposter (on est plutôt dans du "tendre l'autre joue"), il est seul sans montrer qu'il est malheureux, même si June (et nous avec) s'en rend compte assez vite. Finn, autre personnage important du trio principal, est pourtant peu présent physiquement, il est la trame, le filigrane qui lie tout ce petit monde, il plane comme un fantôme qui surveillerait les faits, gestes et émotions des amours qu'il a laissé derrière lui. C'est le premier fil de relation : June/Finn - Finn/Toby - June/Toby, pour l'héroïne, il n'existait avant que le premier, il va donc lui falloir composer avec un passé dont elle ignorait tout (Finn/Toby) en acceptant que quelqu'un d'autre occupe une place importante dans la vie de son oncle adoré, et il va aussi falloir qu'elle y creuse son trou en transformant le vide laissé par Finn en une vraie relation.
Broco est amoureux
5/5

La relation de June et de Greta, la soeur aînée machiavélique, est aussi très intéressante, tout en faisant écho avec l'ancienne relation de Finn avec sa propre soeur, la mère de June. Greta, si elle m'a moins ému que June et Toby, fait quand même bien mal au coeur, on comprend assez vite que sa méchanceté est due à une souffrance, et même si cela ne la justifie en rien, on commence, à la fin du roman, à prendre véritablement partie pour elle.

Vous l'avez compris, Dîtes aux loups que je suis chez moi est un livre bouleversant, rempli d'émotion allant de la colère à l'incompréhension, de la tristesse au bonheur. C'est tout simplement génial. On y retrouve une petite atmosphère à la Philadelphia, avec l'après-découverte du Sida, quand la maladie était encore honteuse et taboue, réservée aux seuls homosexuels (et donc dépravés dans la tête de la plupart des gens de l'époque) ou drogués, et dont personne ne savait encore véritablement comment elle se transmettait (June s'angoisse pour un bisou sur la joue, la mère s'affole en voyant Greta appliquer le baume de Finn sur ses lèvres). Si on doit vraiment donner un tout petit point légèrement négatif, on peut juste pointer du doigt le style parfois un peu balbutiant de l'auteure (il s'agit de son premier roman) mais qui, finalement, colle assez bien avec l'âge et le caractère du personnage principal (le livre est écrit à la première personne du singulier, un peu à la manière d'un journal intime). J'aurai aussi bien aimé qu'une sorte de conclusion soit apporté à l'histoire de la pauvre Greta, on en vient à espérer un deuxième tome, qui se déroulerai quelques années après, pour voir comment ont grandi les deux jeunes filles.

Quelques jolies citations :
"Si on trouvait quelqu'un comme ça, on n'aurait pas besoin de faire l'amour. On pourrait juste prendre cette personne dans ses bras, n'est ce pas ? Simplement s'asseoir à côté d'elle, se blottir contre elle pour entendre son mécanisme intérieur. Appuyer son oreille contre son dos pour écouter le rythme de son coeur et avoir la confirmation qu'on fonctionne tous deux de la même façon."p.310
"Je me demandais vraiment pourquoi les gens faisaient toujours des choses qui ne leur plaisaient pas. J’avais l’impression que la vie était comme un tunnel de plus en plus étroit. A la naissance, le tunnel était immense. Toutes les possibilités vous étaient offertes. Puis, la seconde d’après, la taille de ce tunnel était réduite de moitié. On voyait que vous étiez un garçon et il était alors certain que vous ne seriez pas mère, et probable que vous ne deviendriez pas manucure ni institutrice de maternelle. Puis vous commenciez à grandir et chacune de vos actions rétrécissait le tunnel." (? pas noté la page)
"C'est ça le secret. Si l'on s'assure d'être toujours exactement celui qu'on veut être, si l'on fait en sorte de ne connaître que les personnes les plus formidables, alors on peut mourir demain. Ce sont les gens les plus malheureux qui veulent vivre éternellement parce qu'ils considèrent qu'ils n'ont pas fait tout ce qu'ils voulaient. Ils pensent qu'ils n'ont pas eu assez de temps. Ils ont l'impression d'avoir été arnaqués." (? pas noté la page)
"Je savais que Toby est une mine d'anecdotes. Il possédait des petits morceaux de Finn que je n'avais jamais vus. [...] Si l'on considère qu'une anecdote peut être un genre de ciment, celui qu'on met entre les briques, celui qui ressemble à un glaçage de gâteau pas encore durci, alors je me disais que je pourrais utiliser les histoires de Toby pour maintenir Finn en place, pour le garder avec moi un peu plus longtemps." p.111
J'ai beaucoup de mal à exprimer le pourquoi j'ai tellement aimé ce roman et j'ai conscience que cet article ne lui rend pas l'hommage qu'il mérite mais si vous le pouvez, jetez-vous dessus et faites connaissance avec June, Finn, Toby, Greta et les parents des deux filles, vous verrez, vous aurez du mal à les quitter, comme s'ils étaient maintenant un petit peu de votre famille. 
Un petit Broco qui pleure parce que,
quand même, c'était vraiment
triste...

4 commentaires:

  1. Un gros, un immense coup de cœur pour ma part ! Ça me donne envie de le relire ;) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) C'est vrai que je le relirai avec plaisir d'ici qqes temps celui-là, il était magnifique !

      Supprimer
  2. Je viens de le terminer, une pure merveille, difficile de choisir une nouvelle lecture après ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends. Ça fait un an que je l'ai lu et j'en suis encore toute retournée quand j'y pense :)

      Supprimer

Un petit mot pour le Broco ?