samedi 1 août 2015

Le Point BD #1



[Le Point BD, c'est un petit rendez-vous où je vais vous parler de plusieurs bandes dessinées que j'ai lu plus ou moins récemment en un seul article, vous retrouverez sans doute plus tard des articles similaires : Le Point Roman, Le Point Albums, Le Point Essais et Docs, nous verrons bien.]

Etienne Davodeau "Le Chien Qui Louche"
Futuropolis - 2013
9782754808538
Oui, c'est le premier Davodeau que je lis et bien qu'il parait que ce n'est pas son meilleur (c'est lequel son meilleur ?), j'ai beaucoup aimé ! Tout d'abord, le dessin est magnifique, on reconnaît parfaitement les couloirs du Louvre et les oeuvres représentés (surtout que nous y sommes allés il n'y a pas si longtemps), on sent bien le boulot derrière et c'est agréable. Ensuite le scénario, j'ai lu par ci par là que c'était mièvre, complètement loufoque et pas du tout crédible. Mouais. Pas d'accord.
Broco a bien aimé !
3/5
L'histoire de Fabien, humble gardien du musée, jeune et sympathique est pourtant bien plaisante à lire. J'ai apprécié le fait de découvrir les coulisses de ce métier que le personnage principal aime tant (j'y ai d'ailleurs reconnu quelques situations vécues dans mon ancien métier de libraire... Comme ces gens qui demandent une orientation à la personne qui se trouve justement pile sous le panneau indicateur ! Argh). Les personnages secondaires (sauf la copine que j'ai trouvé un peu bizarre, presque malsaine) sont drôles et, oui, complètement loufoques ! Mais franchement, c'est de la fiction, bon sang ! En gros, les frères de la copine de Fabien lui demandent d'intégrer au musée du Louvre une croûte peinte par un de leur ancêtre, "Le Chien qui Louche". Le pauvre garçon, complètement atterré, mais désireux de faire bonne impression à sa future belle famille, accepte le deal. S'en suis quelques péripéties où apparaît une mystérieuse société digne d'un Da Vinci Code (les armes et meurtres en moins. Quoique). Tout cela sous fond de réflexion sur qui choisit ce qui entre dans ce prestigieux musée, qui le "mérite" vraiment, une réflexion sur la Culture en général en somme ! Une très bonne BD qui a le mérite de faire sourire et de se faire admirer.


Derf Backderf "Mon Ami Dahmer"
Éditions ça et là - 2013
9782916207803
Ceux qui me connaissent dans la "vraie" vie savent que le sujet des sérials killers, et surtout l'aspect psychologie / psychiatrie / criminologie m'intéresse pas mal, Ici, nous rencontrons Jeffrey Dahmer, l'un des tueurs en série les plus terrifiants et quelque peu énigmatique de l'histoire américaine, Dahmer a sévi pendant environ 13 ans et a tué dix-sept jeunes hommes, il est connu pour l'aspect particulièrement horribles de ses meurtres puisqu'il a pratiqué le cannibalisme et la nécrophilie sur les cadavres de ses victimes. Je vous invite, si le sujet vous interpelle, à jeter un oeil à la page Wikipédia qui le concerne.
Toutefois, ce n'est pas cet aspect de l'homme que nous allons découvrir dans cette BD, mais sa vie adolescente, son passé, une partie de son existence à travers les yeux de l'auteur qui, et c'est là que cela devient intéressant, l'a connu durant cette période. Derf Backderf a en effet fréquenté Jeff Dahmer pendant toutes années de lycée et l'a tout de même, on le verra tout au long de la lecture, bien connu, même si le terme "amitié" pour décrire leur relation est beaucoup trop fort. 
Broco a eu un coup de coeur
mais Broco est un peu mal à
l'aise de faire des petits coeurs à
côté de Jeffrey Dahmer

5/5
Le travail de l'auteur pour cet ouvrage a été très important, il en parle beaucoup plus lui-même dans sa préface et postface. Si la BD se base principalement sur ses propres souvenirs et ceux d'autres amis de l'époque, il a ensuite recoupé tous ces éléments avec les interview et interrogatoires de Jeffrey Dahmer lors de son arrestation et de sa captivité (le tueur étant l'un des rares, voire même seul, à avoir tout avoué assez rapidement et à avoir aussi montré des remords et des regrets). Nous sommes donc face à la descente aux Enfers d'un ado, certes un peu différent, mais à qui rien n'a été épargné et que personne n'a pu ou voulu aidé. Bien que cela n'excuse en rien ses actes, il est tout de même intéressant de constater que les "symptômes" que montraient Dahmer étaient la démonstration de quelqu'un qui souffre (à minima d'une dépression, si ce n'est plus) mais que personne, on pense surtout aux adultes de son entourage, parents, professeurs, etc. n'a agit pour tacher d'en savoir plus. Clairement, cette BD, même si elle est passionnante et que j'ai vraiment beaucoup aimé, est d'une tristesse et d'un désespoir rare. A ne pas mettre dans toutes les mains. Pour finir, je tiens à noter le dessin de l'auteur, qui, s'il peut dérouter à la première impression, colle tout à fait au sujet. Dahmer est d'une ressemblance troublante avec les photos que l'on peut trouver sur le net et dans l'intro de l'ouvrage et le malaise que l'on éprouve en le lisant est conforté par les illustrations. Bref. Génial. Traumatisant.



Marion Montaigne "Bizarrama Culturobiologique"
Delcourt - 2015
9782756071947
On ne présente plus Marion Montaigne, son alias, Professeur Moustache, et son blog "Tu mourras moins bête", dont 3 tomes de BD ont été tiré (d'abord chez Ankama, puis chez Delcourt). Si le sujet du présent ouvrage est le même : expliquer des aspects scientifiques de la vie quotidienne de façon ludique, drôle et franchement limpide pour le commun des mortels, les strips proviennent de sa collaboration avec Arte TV. Contrairement au blog que je suis depuis des années avec entrain, je ne connaissais pas du tout son travail avec la chaîne, toutes les BD étaient donc des inédites pour moi, ce qui est franchement appréciable ! On retrouve donc tout ce qui le charme de Montaigne, son humour et
Broco a bien aimé, sans plus.
3/5
son dessin un peu bancal mais qui colle parfaitement à la thématique. Par contre, soyons honnête, ce n'est pas son meilleur titre, je reste une fan absolue des "Tu mourras moins bête" et là, même si on apprécie le voyage, même si on se marre et qu'on apprend un tas de choses, il manque l'étincelle qui fait de Moustache, le parfait professeur (bon, un peu dégoûtant par moment quand même, hihihi). Vivement septembre et le tome 4 ! A noter tout de même, le petit côté irrévérencieux de Marion Montaigne, notamment avec l'affaire DSK (quel rapport avec la culture, me direz-vous !) mais aussi avec ce bon vieux Dieu qui fait planter le monde et appelle ses collègues pour tenter de récupérer la sauvegarde... C'est, pour le coup, à mourir de rire !


Tiphaine Rivière "Carnets de thèse"
Seuil - 2015
9782021125948
Que les choses soient claires, je n'ai pas fait de thèse, je n'ai jamais eu envie de faire une thèse et je ne ferai sans aucun doute possible jamais de thèse. Pourquoi ? Franchement, juste : parce que. A vrai dire, je ne me suis jamais vraiment posée la question, je savais juste que ce n'était pas pour moi : j'ai déjà fait un mémoire et ça m'a amplement suffit. La lecture de cette BD génialissime (ça aussi, c'est une chose qui doit être claire...) n'a fait que confirmer ce que je pensais, elle m'a permis de mettre des mots sur mon refus catégorique de pratiquer ce type d'exercice universitaire, qui certes, peut être passionnant mais aussi profondément déstabilisant.
Broco dit "Waoug !"
5/5
Tiphaine Rivière raconte l'histoire, sans doute largement inspirée de sa propre expérience, de Jeanne, jeune prof en ZEP, complètement dégoûtée de la pratique de son métier qui se lance gaiement dans la rédaction d'une thèse en Littérature et plus précisément, sur Kafta et sur le motif du labyrinthe dans l'ensemble de son oeuvre. Si faire une thèse lui semble idéal en démarrant (elle est tout fière de faire partie des "Chercheurs"), la pauvre va bientôt déchanter. On retrouve dans cette BD une violente critique du système universitaire français en général, avec toutes les galères administratives qui y sont rattachées et que l'on reconnaît bien lorsque l'on a côtoyé ce milieu (même sans la thèse d'ailleurs). Mais surtout, il s'agit de montrer que ce travail, loin d'être effectué par des thésards feignants et complètement déconnectés de la réalité du marché du travail (franchement, faire une thèse en Lettres, ils cherchent quoi, les mecs) (vous les entendez, les cons qui disent ce genre de trucs) (moi oui, même en ayant "juste" fait un mémoire), est vraiment fait par des passionnés, qui rament complètement, qui survivent difficilement et qui parfois, perdent beaucoup plus que leur simple temps. On assiste donc à la vie de Jeanne, totalement obsédée et débordée par son sujet et on voit arriver les conséquences plus ou moins dramatiques que ce monstre de papier aura sur sa vie. Cette BD est à lire si vous faites une thèse (surtout), si vous voulez en faire une un jour (SURTOUT !), si vous connaissez quelqu'un qui en fait une/qui veut en faire une, mais encore plus si vous n'avez absolument aucune connaissance du milieu de la fac et que vous êtes assez intelligent pour décider de connaître votre sujet avant de critiquer... D'ailleurs, je m'en vais la relire moi.


Luz "Catharsis"
Futuropolis - 2015
9782754812757
...

Je ne sais pas vraiment quoi dire à propos de cette bande dessinée. Je me suis sentie particulièrement bête juste après l'avoir refermée parce que la seule chose que j'avais envie de faire, c'était de serrer Luz dans mes bras, ce qu'il décrit comme particulièrement pénible et presque cruelle dans cette même BD... Je me suis donc rabattue sur mon chat et mon mec, tout en me sentant encore plus stupide.
...

Mais c'est vraiment difficile de ressentir autre chose, on est plongé dans son corps, dans sa tête, dans ses émotions violentes, difficiles, tristes. On revit à sa place cette journée terrible où il a perdu tant d'ami, on ne comprend pas, on espère qu'il aille mieux tout en nous disant que ça va être franchement difficile et que c'est compréhensible. On se dit qu'en fait, on ne sait pas (et on ne veut pas savoir) ce que ça fait de vivre un moment pareil. On se dit que de toute façon, il faut le laisser tranquille, avec sa femme (ce qu'on perçoit de leur relation est juste magnifique). Que notre peine et notre colère, même si elle est légitime, doit être tellement minable par rapport à la sienne qu'il vaut mieux juste se taire.
...

Jamais une BD n'a mieux porté son titre que celle-ci.

Oui, Broco se tait, pour la peine.


3 commentaires:

  1. le meilleur davodeau est surement lulu femme nue !

    RépondreSupprimer
  2. De Davodeau, mes préférés sont Rural et les Ignorants. Mais tous sont sympas à lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire :) Je vais m'intéresser de plus près à la question, j'ai l'impression que chacun a son préféré, tous doivent donc valoir qu'on y jette un oeil ou deux ;)

      Supprimer

Vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !