mercredi 5 avril 2017

- La ferme du bout du monde -

http://merlin-brocoli.blogspot.com/2017/04/la-ferme-du-bout-du-monde.html

La ferme du bout du monde
Sarah Vaughan
Éd. Préludes

Merci aux éditions Préludes et à Netgalley de m'avoir permis de lire le deuxième roman de Sarah Vaughan. Si vous me suivez depuis un petit moment, vous vous souveniez peut-être que j'ai pas mal accroché à La meilleure d'entre nous et m'avait (presque) donné envie de participer au Meilleur Pâtissier (j'ai dit presque, hein). Je remercie également mon chat, Disco, pour ce grand n'importe quoi de photo. Cette bestiole peut être d'une patience assez hallucinante. Ceci est la première photo d'une série que nous intitulerons "Disco au lit" et dont vous verrez la suite à la publication de la chronique de Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent. Je sais, ce suspense est insoutenable. Mais j'avais peur que trop de beauté velue vous étourdisse.



Le résumé de la porte à côté



Cornouailles, une ferme isolée au sommet d'une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille... et ses secrets. 1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu'à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l'a préparée à ce qu'elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?









L'avis du trottoir en face

La ferme du bout du monde va reprendre une recette bien connue du roman historique actuel : l'alternance des époques (ici 1943/1944 et 2014) et celui des points de vue (Maggie pour le passé et Lucy pour le présent). Toujours efficace, cette narration nous plonge à la fois au cœur d'un contexte historique passionnant : la Seconde Guerre mondiale vécue au plus profond de la Cornouailles et aussi dans des troubles beaucoup plus contemporains. Normalement, ce type de construction, c'est clairement ma came, pourtant ici, ça n'a pas fonctionné aussi bien que prévu et j'ai eu parfois un petit peu de mal à m'y retrouver, à savoir de qui on parlait, à quelle époque on était. Conséquence, Titine a eu quelques difficultés à pénétrer vraiment dans le récit.

Dans ce roman, c'est plus particulièrement sur le sort des expatriés de la seconde guerre et de ceux qui les accueillent que nous allons nous attarder. Un frère et une sœur, Will et Alice, ont été transférés dans une famille de fermier. Ils vont alors faire la rencontre de toute la famille, dont Maggie, une jeune fille du même âge que le garçon. Tout ce petit monde grandit, se rapproche et ce qui devait arriver arrivera sans surprise : Will et Maggie tomberont amoureux. Hélas, dans ce monde aride et dur, rien ne se passera comme prévu. Et lorsque, bien plus tard en 2014, nous retrouverons Maggie, vieille femme, matriarche fatiguée, grand-mère de Lucy et grandement abîmée par les aléas de la vie, que nous comprenons que quelque chose de plus grave qu'une simple amourette contrariée s'est passée. C'est ici que le bât blesse. Sans doute trop habitué à ce genre de roman, j'ai pratiquement compris tout de suite la teneur de ce fameux secret. Néanmoins, il y a toute une réflexion sur les regrets et les remords qui m'a beaucoup plu.

En parallèle, nous découvrons Lucy, jeune femme moderne qui connait quelques déboires professionnels et sentimentaux. Lassée de sa vie urbaine, elle décide de retourner dans la ferme de son enfance, près de sa famille pour se ressourcer. Cette partie, même si elle se veut en relation avec celle sur Maggie, la grand-mère, m'a plus laissé de marbre. Lucy est touchante et si l'on comprend ses soucis, j'ai été beaucoup plus intéressé par le passé de sa famille que par son avenir, la pauvre...

Malgré cela (et le petit manque d'originalité), je ne peux que constater que ce roman m'a accaparé pendant presque toutes ses 400 pages. Si l'histoire de cette famille est prenante et forte, c'est bien la ferme, Skylark, qui est le pivot central de La ferme du bout du monde, et on suit, en filigrane, son évolution (et celle de l'agriculture et du sort des fermiers) dans cette partie du pays. Le quotidien du travail de ferme, l'attachement que peuvent avoir les fermiers pour leurs animaux et les problèmes qu'ils rencontrent sont bien décrits et apportent une touche de réalisme non négligeable.

Pourtant, même si j'ai été profondément touché et emballé par cette histoire (je l'ai lu d'une traite presque, merci les insomnies), il m'a manqué un petit quelque chose, une petite touche d'originalité pour être totalement séduite. Il faut avouer que le principe de l'alternance des points de vue et des époques commence à devenir un peu redondant et rares sont les auteurs qui arrivent maintenant à le rendre "différent".

3/5

En bref

Une histoire qui a su me toucher mais qui reste, malheureusement, trop banale et trop comparable à d'autres (je pense, par exemple, à Il était un secret de Kathryn Hughes mais ce n'est pas le seul). Les paysages arides et sauvages de la Cornouailles, les personnages attachants et le quotidien de la ferme sauvent malgré tout le jeu, et, loin de tomber dans la niaiserie ou la caricature, j'ai été touché par la douleur et l'injustice qui se dégage de ce drame historique. Un beau roman très facile à lire, porté par une écriture plutôt simple et fluide, et difficile à refermer. Je n'ai par contre pas retrouvé la Sarah Vaughan qui avait réussi à m'étonner avec son La meilleure d'entre nous, chick-litt, drôle et intelligente. À lire tout de même au coin du feu si vous aimez le genre.

12 commentaires:

  1. Dès que j'ai fini ma lecture en cours, je pense m'attaquer à celui-ci :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben parfait, je suis contente d'avoir bientôt ton avis ! J'ai encore un peu de mal à me positionner :)

      Supprimer
  2. Quelques bémols donc, mais il m'intéresse malgré tout, je suis assez curieuse de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques bémols en effet, mais c'est tout de même une très bonne lecture ! C'est difficile d'expliquer qu'on a beaucoup aimé même s'il y avait des défauts, du coup, je suis contente de ne pas t'en avoir dégoûté :D

      Supprimer
  3. J'oubliais le commentaire essentiel: j'adore le pelage de ton chat! Deux des miens ont le même, ils sont tout doux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre, niveau touffes de poils partout à la maison, c'est moins marrant xD Surtout quand tu en vois une passer juste après avoir passé l'aspirateur xD

      Supprimer
  4. C’est vrai que ce genre de narration est toujours efficace car on ne s’ennui pas. Mais j’avoue que le pitch ne m’attire pas trop. Et après ta chronique je pense qu’effectivement je vais aussi la trouver trop banale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je crois qu'on en a trop lu, du coup on devient un peu difficile !

      Supprimer
  5. Moi c'est mon coup de coeur 2017, comme quoi, chacun a un avis différent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que j'ai trop lu de livres de ce style en fait, j'ai bien aimé mais sans lui trouver trop d'originalité ! Cela dit, je comprends pourquoi ça peut être un coup de cœur, il est tout de même très beau :D

      Supprimer
  6. Ca fait plusieurs fois que je vois des bémols dans ce roman.. Je le laisse de côté pour l'instant et je me concentre sur son premier roman ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, j'avais vraiment aimé son premier, je l'avais trouvé très original par rapport à ce qui se fait habituellement dans ce genre. Alors, effectivement, je te conseille de lire celui-là avant La ferme du bout du monde :D

      Supprimer

Si le cœur vous en dit, vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !
[Cochez la case "M'informer" en bas à droite si vous voulez recevoir un mail lorsque je vous réponds]