mardi 7 mars 2017

- La fille d'avant -




La fille d'avant
de
J.P. Delaney
Éditions Mazarine

En ce moment, les thrillers et moi, on n'est pas très copain. Alors quand j'ai vu passer ce titre sur NetGalley, puis la chronique sautillante de ma copine Mimine, je me suis dit que ce coup-ci, ça allait le faire. 

Merci donc à NetGalley et aussi aux éditions Mazarine de m'avoir permis de lire La Fille d'avant en avant-première. Pour ceux qui sont passés à côté, pas de panique ! Il sort le 8 mars, autant dire demain (ou presque).


Le résumé angoissant



Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu'elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef-d'oeuvre de l'architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu'Emma, la locataire qui l'a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu'elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s'engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes... et vit dans la même terreur que la fille d'avant.







L'avis angoissé

En ce moment, il y a une mode dans le thriller, et même dans la littérature tout entière, c'est la narration à plusieurs voix. Chapitre après chapitre, un personnage va donner sa version de l'histoire, ce qui permet au petit lecteur que nous sommes de découvrir petit à petit tous les tenants et les aboutissements du récit sans que l'auteur ne fasse appel au fameux narrateur omniscient, celui qui sait tout mais qui ne dit pas tout tout de suite, le vilain. Parfois, le procédé ne semble pas pertinent mais souvent, comme c'est le cas ici, ça marche du tonnerre !

Chapitre après chapitre, en alternance donc, vous allez tour à tour lire l'histoire d'Emma puis celle de Jane, l'une se situant dans le passé de la maison, l'autre, dans son présent (la maison étant véritablement le cœur, le centre du récit). Les deux femmes, à la fois semblables et très différentes, vont aller nous raconter pourquoi elles se sont retrouvées dans cet endroit complètement fou qu'est le One Folgate Street et comment ce déménagement a chamboulé toute leur vie. Et a même entraîné la mort de l'une d'entre elle, Emma, la fille d'avant, sur qui va enquêter Jane. Les deux demoiselles vont se faire écho, page après page, avec les mêmes événements qui leur tombent, un par un, sur le nez. De quoi vous coller les poils au garde à vous. Mais aussi, parfois, créer un sentiment, heureusement assez ténu, de répétition.

Ces héroïnes sont toutes deux très particulières et vont faire naître chez vous toutes sortes de sentiments, agacement, peine, empathie, etc mais le personnage qui règne en maître sur La fille d'avant, c'est la maison, ce cube froid, vide et épuré qui nécessite tant d'adaptation de la part de ses locataires. Et c'est principalement elle qui est responsable de l'angoisse qui vous étreindre à la lecture de ce roman. Surtout pour une bordélique telle que votre servante. Bon sang, vivre dans un endroit où une pile de livres n'a pas sa place, c'est de toute façon fichu d'avance. Comme un jumeau maléfique, l'architecte, le créateur de cette ode au minimalisme, Edward Monkford, est aussi froid que les quatre murs qu'il a bâtis.

Dans le genre glauque, le monsieur se pose comme une sacrée référence. Et il n'est pas sans rappeler le fameux Christian Grey de 50 nuances de fessées. Aussi calculateur, dominant et glacial que son comparse érotique, le bonhomme m'a autant fait flipper que la maison vide. Bref, autant de raison pour ne pas signer n'importe quel bail, les filles. Sauf si vous ne voulez ne pas pouvoir prendre une douche avant qu'avoir répondu à un énième questionnaire.

4/5

En Bref
Un thriller qui tient la route, mais principalement grâce à l'ambiance créée par l'auteur. L'histoire en elle-même ne m'a pas surpris tant que ça, la révélation étant trop attendue. MAIS il serait vraiment dommage de passer à côté de cette atmosphère étouffante et sordide. Préparez-vous à parler seul, à maugréer contre ces personnages qui ne voient rien venir, qui ne veulent rien voir venir. Et regardez autour de vous, franchement, votre bordel et votre poussière, ce n'est pas si mal que ça. Un presque coup de cœur donc et une petite réconciliation avec les thrillers pour Titine.

18 commentaires:

  1. Ce livre est génial, je suis contente qu'il t'ait plu :)
    Je ne pourrais pas vivre non plus dans cette maison, elle m'a vraiment foutu les chocottes! (puis chuis trop bordélique pour Mr Monkford de toute façon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! J'attire le bazar (chez moi du moins) et avec tous les poils de chats que j'ai en permanence collés sur mes vêtements, je suis sûre qu'il ne me laisserait même pas entrer xD

      Supprimer
  2. Je l'ai vu effectivement passer sur NetGalley, mais je ne l'ai pas demandé. Du coup, ce sera une lecture à rattraper ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est dommage ! En plus, il a été en libre accès pendant un moment :D Je te conseille d'y jeter un coup d'oeil en tout cas !

      Supprimer
  3. Je suis en plein de dedans et pour l'instant j'adore ! Ravie de voir qu'il t'a plu:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne fin de lecture à toi ! Faut s'accrocher ;p

      Supprimer
  4. Je ne connais pas du tout mais rien que le résumé me botte ^^ Je vais le mettre dans ma wishlist.
    Je parle déjà toute seule donc ça va pas trop me changer lol
    https://mellecupofteabouquine.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parle souvent toute seule aussi quand je lis ! ça fait toujours rire les gens xD

      Supprimer
  5. Donc encore un livre que si June le lit, elle va appeler Broco la nuit en allant aux toilettes... Je ne suis pas sûre de tenter le coup mais je vous fais confiance sur parole quant à la qualité de l'objet. Surtout si Mimine sautille dans sa chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait pas vraiment peur, c'est plus une ambiance angoissante, je pense que ça peut te plaire, vraiment !
      Mimine et moi sautillons de concert :D

      Supprimer
  6. Oh merci pour la référence à 50 nuances !! Je ne l'avais pas mis dans mon article mais dans mes notes j'avais justement réfléchi à cette incroyable et troublante ressemblance que Monkford avait avec Christian. Limite si ça me brulait pas la langue de crier aux filles fan de Grey que non ce n'est pas un gentleman brisé qu'il faut aidé comme un petit chaton mais un véritable sociopathe. FUYEZ !

    En tout cas, contente que ça t'ait plu ! :D

    RépondreSupprimer
  7. Ah merci merci pour la référence à 50 nuances ! J'avais aussi remarqué la troublante ressemblance qu'il y avait entre les deux personnages. Limite je me dis que l'auteur s'est fendu d'une petite pique envers les fangirls de Grey qui sont persuadées que c'est un petit chaton brisé qu'il faut sauver ! Non mesdames, il faut fuir devant un être comme Grey ou Monkford !

    En tout cas, ravie que ça t'ait plus :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pensé direct, dès qu'on le voit dans son bureau, propre comme un sou neuf, ça présageait rien de bon chez ce monsieur xD

      C'est clair qu'au moins ici, l'auteur insiste bien sur le fait que c'est un sociopathe le bonhomme, pas un chaton, comme tu dis ! ça m'a bien fait marrer :D

      Supprimer
  8. J'hésitais à demander ce service de presse, la couverture m'avais attirée!

    Merci,
    Megan
    www.lapageouverte.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais hésité aussi, j'en ai un peu marre qu'on nous vende toujours LE meilleur thriller de l'année et que ça retombe comme un soufflet, mais c'était une bonne surprise :)

      Supprimer
  9. Bon. Ben c'est un oui définitif alors. Il reste dans ma WL celui-ci. Hâte de frissonner d'effroi et de pas pouvoir dormir la nuit \o/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ! ça va, ya pas que moi qui adore me faire peur ;p

      Supprimer

Vous pouvez laisser un petit mot à Broco, ça lui fera plaisir !